A muntagna

A muntagna

A muntagna m’hà dettu sta mane
Collatine quì, ti presenteraghju a mio famiglia
È tutti quelli chì campanu quì

Piglia u stradunettu
Chì longa u Tavignanu
È viaghja, viaghja
À mezu à scopa, muchji, bachi rossi è erba barona

Feghja u falchettu
Chì passa sopra u pinzu biancu di neve
Facenu festa pè tè a trizina, u merlu è a capinera

Sottu à u faiu, a lefra ghjoca cù i cignalotti
A bellula cù i mufrini facenu una partita di china
Mentre a mufra staccia a farina castagnina

Sottu à i larici, i grilli si sò stallati pè fatti un cuncertu
E furmicule cum’è sempre mettenu da cantu
E cigale, elle, facenu u contra cantu

Eccu, cunnosci guasi tutta la mio famiglia
Colla quand’è tù voli
Porta puru quale ti pare
Fora di quelli chì mi zinganu focu
Osinnò mai più ci puderei turnà

Girascola n°2

La montagne

La montagne m’a dit ce matin
Monte donc ici, je te présenterais ma famille
Et tous ceux qui vivent ici.

Prends le petit chemin
Qui longe le Tavignanu
Et marche un bon moment
A travers la bruyère, les cistes, les arbouses et le thym.

Regarde l’épervier
Qui passe au-dessus de la cime enneigée
La draine, le merle et la fauvette te font la fête.

Sous le hêtre, le lièvre joue avec les marcassins
La belette et les petits mouflons jouent au loto
Tandis que la mère mouflon tamise la farine de châtaigne.

Sous les pins lariccio, les grillons se sont installés pour te faire un concert
Les fourmis comme toujours épargnent,
Les cigales, elles, font le contre-chant.

Voilà, tu connais presque toute ma famille
Monte quand tu veux
Emmène qui tu veux
Sauf ceux qui me mettent le feu
Sinon jamais plus tu ne pourras pas revenir.